Let Yourself Being Corrupted...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'arrivée des Takeda dans le pays de Shakespeare

Aller en bas 
AuteurMessage
Midori Takeda
† So New †
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 14/09/2009

MessageSujet: L'arrivée des Takeda dans le pays de Shakespeare   Jeu 17 Sep - 19:14

L'avion semblait prit de soubre-sauts. Un virage à droite, une secousse à gauche. Les roues qui touchent le sol d'asphalte. Dans cette danse infernale, Midori tremblait. Son coeur n'avait jamais cogné sa poitrine de manière aussi forte, brusque et saccadée. Tenant un accoudoir de cuir beige de sa main gauche et enserrant la main moite de son frère avec l'autre main, elle se répétait que tout allait bien. Sa ceinture était était attachée et elle ne pouvait pas traverser la vitre épaisse du hublot de l'objet volant qui se trouvait près d'elle. Tout allait bientôt finir...

Quelques minutes plus tôt, les hôtesses avaient débarrassé les petites tables de leur contenu. Assise en première classe, Kawa avait vu son verre de champagne et le reste de son dîner disparaître avec les frottements des tissus bleus et or d'un uniforme quelconque. Et puis, la vois d'une hôtesse beaucoup trop aimable avait annoncé l'arrivée imminente de l'avion sur la piste d'atterrissage. Et vous connaissez la suite...

D'un pas légèrement chancelant, l'adolescente mit les pieds sur le sol craquelé de l'aéroport. Son regard bridé noisette inspecta sévèrement le Londres vampirisé que son cher père lui avait maintes et maintes fois parlé. Le brouillard empêchait la japonaise d'apercevoir les rues et les maisons, ne lui laissant que le haut des immeubles commerciaux et des grands magasins. Oui... Son père ne voyait pas la situation avec des yeux d'aveugle. Mais que lui importait ce détail au fond ? Midori avait bien spécifié à son père que la bureaucratie et les affaires pour la mulinationale ne l'intéressait pas et que les combats sanglants contre des buveurs de sang concernait les Slayers et qu'elle n'en était pas une par procuration. Seul le singe mal formé qui avait eu le malheur d'appartenir à la prestigieuse famille japonaise Takeda venait pour une chasse aux vampires. Étirant ses longs bras fins vers le ciel noir d'Angleterre et cambrant son dos, Hime Midori se dirigea d'un pas rapide vers la sortie de l'aéroport. Mio amènerait ses bagages ainsi que ceux de son grand frère. Pour l'instant, la jeune fille n'aspirait qu'à une seule chose: sentir ses poumons s'emplir de nicotine.

Sur le grand trottoir de bîtume longeant la route principale du quartier commercial, Mi sortit son paquet de cigarettes et son briquet. D'un geste précis, elle en amena une à ses lèvres et l'alluma, protégeant le feu de sa main droite, dans le but qu'il ne s'éteigne pas avant qu'elle est allumée son bâton de tabac. Puis, ils rejoignirent son porte-monnaie dans la poche de son manteau de velour. Rejetant la fumée par sa bouche, la japonaise fronça les sourcils. D'une nature très impatiente, elle trouvait que les autres mettait beaucoup de temps à venir la rejoindre.

Kawa chercha un banc des yeux, mais n'en trouva pas. Son regard finit quand même par s'arrêter sur une vieille table à pic-nic sur l'herbre mouillée et verte du terrain. D'un geste souple, elle replaça ses longs cheveux, les envoyant valser dans son dos. Puis, d'une démarche gracieuse et élégante, la jeune riche prit la direction de la pauvre petite table de bois. Balayant les fins grins de gazon logés sur la table du revers de sa main gauche gantée de brun, Mido prit une autre bouffée de sa cigarette. Si ses parents savaient qu'elle fume, ils ne diraient rien, trop préoccupés par l'opinion qu'elle avait d'eux, mais sa mère pleurerait sûrement de sa mort prochaine dûe à un quelconque cancer du poumon ou encore du désaccord secret de son père, disant que la clope allait gâchée sa voix d'or. Mais bon, leur opinion, ils pouvaient bien la garder, seul celle de Kenzo avait un jour compter pour la petite princesse.

Repérant finalement Mayo... Moi... Rio... Mio ! des yeux, Midori se releva splendidement et jeta son magot par terre avant de l'écraser avec sa botte de cuir. Elle glissa discrètement sa main dans la poche arrière de son jean et en retira un paquet de gommes à la menthe. C'est donc en mâchant que Midori s'arrêta devant sa grande soeur. Prenant une mèche rousse et l'enroûlant lentement contre son long doigt, elle regarda méchamment la jeune adulte en mâchant plus fort.


-Ça t'as pris du temps dis-moi. Tout est prêt ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mio Takeda
† So New †
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 14/09/2009

MessageSujet: Re: L'arrivée des Takeda dans le pays de Shakespeare   Jeu 17 Sep - 21:10


MusicPlaylist
MySpace Playlist at MixPod.com




«J’en Suis Tout à Faite Capable ! »
Mio tentait de se persuader qu’elle châtierait les vampires à son arrivée en Angleterre. Jusqu’à maintenant, ce ne fût que des faux départs, mais cette fois, c’était le bon. Son géniteur lui octroyait une dernière chance et elle se devait de ne pas le décevoir. Sinon, déshonneur à elle pour le reste de son existence. À vrai dire, la jeune adulte n’était pas très bonne en tant que Slayer, mais celle-ci devait s’améliorer et la nipponne était sûre qu’elle y parviendrait. Sa destination : l’Angleterre, ce pays anglais totalement inconnue à son insu. Ce qui la dérangeait le plus, c’était le jargon parlé là-bas. Mimi arriverait difficilement à se faire comprendre, malgré les efforts qu’elle avait faits au Japon pour apprendre la langue. Comparée à son frère et sa sœur qui le parlait déjà couramment, Mio n’avait rien saisi en deux mois de pratique et de cours. Malgré les efforts acharnés que la jeune adulte effectuait, c’était sans réussite. Cependant, ses apparentés avaient essayé de l’encourager pour lui dire qu’elle s’habituerait avec le temps. La japonaise soupira de déceptions. Elle n’avait plus qu’à espérer qu’un miracle se produit.

Une secousse. Mio sortit de ses longues pensées. Elle tourna la tête vers le hublot à sa droite. Déjà arrivée, à première vue. Le trajet avait infiniment long, mais au moins on y voyait la fin. La japonaise décocha un petit regard vers l’arrière. Sa sœur Midori semblait terroriser par les soubresauts. La jeune femme pouffa doucement. Elle trouvait ça plutôt marrant de voir le regard angoissé de sa jeune sœur. Elle qui habituellement semblait toujours trop confiante. Mio se retourna et déposa ses écouteurs dans ses oreilles. We Can make it, du groupe japonais Arashi jouait dans son ipod. Cela détendit la nipponne qui profitait de ses derniers instants dans l’avion. Après quelques minutes, elle débarqua de l’appareil, le sourire aux lèvres. Enfin, au sol ! La jeune femme s’étira délicatement pour dégourdir ses muscles encore endormis par le voyage.

La jeune adulte repéra facilement ses bagages et ceux du reste de sa famille. Des énormes pour Midori qui avait emmené le complet de son garde-robe et l’autre toute aussi bien garnis de Kenzo, son jeune frère. Mio plaça une mèche de ses longs cheveux couleur noisette derrière son oreille et s’orienta vers les valises. Comme à l’habitude, c’était elle qui portait les malles de tout le monde. La jeune adulte représentait une servante aux yeux de Midori et de Kenzo, mais celle-ci n’en semblait pas découragée. Elle prenait leurs moindres remarques avec le sourire. Alors, agrippant rapidement les coffrets et les déposa à ses côtés. Mio tourna la tête à la recherche de sa famille. Une énorme quantité de visiteurs se promenait de si de là, impossible de distinguer le reste de la bande.

La japonaise s’arrangea alors pour transporter à elle seule toute les valises. Elle déposa d’abord celle de sa sœur en dessus, la sien sur le dessus puisqu’elle était plutôt petite et portait celle de son frère dans l’autre main libre. La musique toujours aux oreilles, elle essayait de se faufiler entre les passants sans les accrocher. Mio trouvait cela un défi de taille bien attendu que les trucs que la jeune femme transportait étaient énormes. Parfois, elle échappait la sienne au sol et difficilement, elle tentait de la replacer. Après, tant d’efforts, la japonaise aperçut finalement sa sœur parmi la foule.

Elle agita rapidement le bras dans les airs pour que Midori la puisse la remarquer. Mio souriait et ne manquait pas de bonne humeur malgré l’épreuve qu’elle venait de traverser. Décidément, sa sœur la remarqua et se dirigea vers elle. La japonaise lâcha tout et retira ses écouteurs voyant que la jeune princesse s’adressait à elle. Mio demanda

« Euh, tu peux répéter. Je n’ai pas compris avec tout ce raffut ! »


Dernière édition par Mio Takeda le Sam 19 Sep - 14:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Takeda
† So New †
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 14/09/2009

MessageSujet: Re: L'arrivée des Takeda dans le pays de Shakespeare   Sam 19 Sep - 11:33

Midori roula ses deux amendes vers le ciel. Cette fille est tellement… inintelligente. La princesse replaça ses douces boucles orangées derrière son oreille droite. D’une manière exagéremment lente, Kawa posa l’une de ses main fine sur sa taille de guêpe. De façon toute aussi lente, elle secoua négativement la tête, un air dépité sur son visage de poupée. La japonaise, grande actrice dans l’âme, s’amusa du regard jaloux ou bien admirateur des gens l’entourant. Grande séductrice, elle avait appris à attirer le regard des autres, quels qu’ils furent. Finalement, d’une voix au ton aussi désapprobateur que ses prunelles, Midori s’addressa à sa grande sœur.

-Tu devrais t’intéresser un peu plus aux autres, Rio. Il n’y a pas que toi qui compte. Enfin. Ce n’était pas très important.

Mido’ soupira, faussement déçue. Avec élégance, la jeune fille enleva son long manteau noir et le déposa sur la pile de valises déjà en équilibre précaire. Une lueur malicieuse au fond des yeux, elle avertit son aînée d’un regard plutôt glacial et sans réplique que son vêtement devait rester dessus et lui revenir en bon état. Puis, elle repéra un joli minois dans la grande foule des petites gens sans vie sociale. Plus théâtrale que jamais, la nipponne prit un éventail qui se trouvait dans la poche de son jean et le mit dans la bouche de sa soeurette.

-Fait moi du vent. Il fait vraiment chaud tout d’un coup.

Midori prit le rebord de son pull en cachemire et l’enleva lentement, sa camisole de soie suivant quelque peu le mouvement. La japonaise la replaça et descendit son décolleté au maximum du raisonnable. Un discret frisson la parcouru. Il fallait souffrir pour plaire. La vérité étant qu’il faisait au moins dix en dessous de zéro à Londres.

-Qu’est-ce que tu attends ?

Demanda-t-elle brusquement, toute trace de synthétique sympathie disparue. Violement, elle frappa le tibia de son interlocutrice du talon de ses bottes. Puis, l’adolescente sourit doucement, pour attirer l’attention de sa proie. Rejetant sa cascade de boucles qui finit sa course entre ses reins, elle se mordilla discrètement la lèvre inférieure. Midori n’était pas en manque, bien au contraire. Elle voulait seulement goûter pleinement l’Angleterre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kenzo Takeda
† So New †
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: L'arrivée des Takeda dans le pays de Shakespeare   Mar 22 Sep - 19:01

    Et oui, l'Angleterre était l'endroit où cet avion puant avait atterit. Kenzo avait, depuis le début, contesté la décision de ses parents de les rapatrier dans le pays de la pluie. Le jeune garçon était plutôt habitué au soleil et à la chaleur, mais maintenant il allait se retrouver au pays froid et pluvieux.

    "Quel merde cet endroit..."

    Avait-il murmuré en arrivant à l'aéroport. Le beau jeune homme portait ses lunettes de soleil, mais s'était cependant bien vite rendu compte que cela ne lui servirait à rien. Il pleuvait! Le beau jeune homme avait donc plaçés ceux-ci sur le dessus de sa tête. Il se rendit alors compte qu'il avait perdu les deux autres. Cependant, le très beau jeune homme japonais savait qu'elles seraient facile à retrouver. Une serait à ramasser les bagages ainsi que la collection d'insecte et de reptiles de Kenzo et l'autre serait déjà à l'extérieur à se faire reluquer par plusieurs garçons alors qu'elle remplirait ses poumons d'une nicotines forte. Cependant, Kenzo, lui avait un autre besoin. Il se dirigea vers les salle de bain, pour se soulager. Il remarqua en entrant que l'Angleterre n'avait pas que des pas trop beau...Il y avait de beaux jeunes hommes avec qui Kenzo pourrait prévoir s'amuser dans les semaines à venir. Lorsqu'il ressortit de la salle de bain il apperçu aussi qu'il y avait de jolie jeune femmes dans le coin. Certaines abordaient même des airs vampirique...Chose qui ne déplut pas du tout au jeune homme. Une fois son reluquage fait, Kenzo sortit. Il apperçu alors les deux jeunes japonaises.
    Mio avec toutes les bagages de Kenzo, ainsi que Midori qui mâchait une gomme. Ceci était signe qu'ils étaient prêt à partir en direction de la maison ,ainsi que la gomme indiquait des poumons qui avaient fait le plein de nicotine pour un court moment...
    Kenzo toujours mystérieur approcha:

    "Hey..."

    Il savait avoir été long et avoir prit son temps, mais il s'en fichait. Dans son jeans et son manteau il avait un charme fou et il en avait profiter pour pratiquer son anglais avec quelques jeunes filles de son âge qui traînaient dans le coin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Takeda
† So New †
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 14/09/2009

MessageSujet: Re: L'arrivée des Takeda dans le pays de Shakespeare   Mer 23 Sep - 19:04

-Hey...

Midori se retourna brusquement en entendant la voix reconnaissable de son frère. Elle soupira vaguement. Si la jeune princesse avait toujours tout fait à cent milles à l'heure ou bien simplement rapidement et efficacement, son frère, lui, avait toujours eu le bouton du mode tortue enfoncé. Non, plutôt celui de: « Je vais ça et là et vous m'attendez, car vous m'adorez. » Mais bon. Depuis seize ans, Mi' avait apprit à vivre avec lui. Le temps qu'il montre le bout de son nez lui laissait amplement de temps pour récolter quelques numéros de téléphone sans que ses soupirants repartent le nez cassé. Bref, Kawa se retourna lentement, dans un mouvement qu'elle avait longuement étudié, plus jeune, devant son miroir et lui fit face. Ses épais cheveux commençaient à être humide et cela lui déplaisait, alors la jeune fille passait son temps à replacer sa frange parfaitement taillée. Puis, elle s'approcha doucement de Kenzo et colla sa bouche contre l'oreille de celui-ci.

-Tu vois, murmura-t-elle en anglais, question que son aînée ne comprenne pas tout, à ta droite. Il y a un beau brun aux yeux verts et avec le visage parsemé de quelques tâches de rousseur. Il est à moi, tu me le laisses !

L'adolescente baissa sa tête qu'elle avait dû élever et tapota légèrement le dos de son frère. Finalement, dans un geste froid, elle prit son manteau, qui était à deux centimètres du visage de Mio et le passa gracieusement sur ses épaules, effleurant la tête de son jumeau et le décoiffant légèrement en même temps. Dur, dur, d'avoir quelqu'un qui rivalisait avec elle côté beauté. Ils devaient toujours imposer leur territoire à l'autre, histoire de ne pas se faire voler leurs "proies". Parfois, lorsque l'un deux transgressait les règles, une vrai chasse à l'homme commençait, car jamais, non au grand jamais, Midori n'aurait courtisé une femme. Elle ne comprenait d'ailleurs pas les préférences de son frère mais elle les respectaient.

Soudain, un homme portant l'habit de travail de l'aéroport vint lui porter un petit panier. La rousse sourit tendrement avant de retirer une petite bête beige du panier d'osier. Kuro-Kuro, son petit chihuahua lui lécha gentiment le nez, avant de se retourner vers Kenzo en agitant la queue. Le petit chien au nom trompeur commença à renifler les cheveux et le cou du jeune homme avant de le regarder de ses petits yeux bruns, le museau à seulement quelques millimètres du nez du brun.

-Bon chien, Kuro-Kuro, bon chien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kenzo Takeda
† So New †
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: L'arrivée des Takeda dans le pays de Shakespeare   Sam 26 Sep - 18:56

    Aussitôt qu'il fût arrivé Mido j'approcha de lui. Elle colla sa bouche à son oreille et lui murmura une simple phrase en anglais. Aussitôt que sa soeur eut terminé il jeta un regard vers le brunet. Il n'était pas du tout le genre de Kenzo. Les tâches de rousseurs, le corps quand même assez muslé et un air très anglais qu'il détesta au premier regard. Le jeune homme détourna aussitôt le regard vers sa chère jumelle et lui dit:

    "Pour ça t'inquiète...Pour que son visage reste aussi laid...Bah compte pas sur moi pour ne pas l'enlaidir avec un coup ou deux s'il me cherche."

    Même s'il avait l'air d'un petit maigrichon japonais Kenzo avair quelques aides dans sa poche, tel que ses nombreuses années d'arts marciaux ainsi que ceux de boxe. Le beau jeune homme sourit à sa soeur jumelle. Cependant, cette dernière mit son manteau en le décoifant au passage, cependant, Kenzo n'en fit pas un drame comme l'aurait fait la petite princesse s'il avait fait pareille chose. Non, en fait, le beau jeune homme savait qu'il serait beau même si sa chevelures, qui était parfaite, quelques minutes plus tôt, était aussi mignon avec ses cheveux défoiffé.

    Malheureusement, son repos ne fut bien long qu'un idiot, sans sens du style, les cheveux affreux liché parfaitement de chaque côté de sa tête et affichant l'ignoble uniforme de l'aéroport arriva avec ce que Kenzo aimait appeler: "Le panier maudit". En effet, quelques secondes plus tard, la bête maudite montrait le bout de sa tête. Un soupir de désespoir s'échapa de la bouche parfaite de Kenzo. Il embrassa Midori, chose qui donna un frisson de dégout à Kenzo, un animal qui passait son temps à lècher son derrière embrassait sa soeur, qui était folle de joie de cela. Cependant, lorsque la petite bête détestable approcha de Kenzo ce dernier recula. Mais vite, son visage se retrouva beaucoup trop prêt de celui de Kuro-Kuro et sa soeur disait bon chien n'augurait rien de bon.
    Kenzo regarda sa soeur avec un air de mauvais augur.

    "Tu veux jouer Midori....Si c'est comme ça et bien t'as de la compétition..."

    Aussitôt, le beau brun se dirigea vers le jeune homme dont sa soeur avait parlé plus tôt. Il lui sourit et l'empogna par la tête avant de poser ses lèvres sur celles de ce dernier. Puis une fois que cela fut fait, le jumeau de Midori lui sourit encore avant de lui envoyé son poing dans le ventre et lui dit:

    "Tu t'approches de ma soeur et tu vas payer sale con!"

    Et il revint vers Midori tout sourire et lui dit sèchement:

    "Bonne Chance rousette..."

    Il arrivait souvent que Midori et Kenzo soient en compétition comme cela. Et comme Kenzo perdait les nerfs facilement les chicanes étaient assez fréquente...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Takeda
† So New †
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 14/09/2009

MessageSujet: Re: L'arrivée des Takeda dans le pays de Shakespeare   Mar 6 Oct - 22:17

En voyant son frère empoigner solidement le garçon sur lequel elle avait posé un oeil quelques minutes plus tôt, Midori souffla furieusement en fronçant les sourcils. Il n'allait tout de même pas... Si. SI ! Il l'avait fait ! La rousse repoussa brusquement sa frange qui lui barrait le front avant de serrer les poings et de croiser les bras, alors que son frère revenait après avoir embrassé et mit un poing dans le ventre du brun aux tâches de rousseur.

"Bonne Chance rousette..."

Midori releva la tête et prit un air hautain. Le pauvre adolescent s'était enfui alors que le Japonais qui lui servait de frère jumeau revenait. Son frère avait fait fuir sa proie. Encore une fois... Mais la petite princesse ne devait pas montrer la déception de ses yeux, car Keno croirait avoir gagné. C'est donc d'un ton indifférent que Mido' répondit à son frère:

"Pauvre gars. Il voudra plus revenir dans le coin... Enfin, je peux avoir ceux que je veux, de toute manière."

Puis, pour énerver Ken-chan, Midori sourit maquiavéliquement et souleva Kuro-Kuro, afin de le mettre devant son frère, une deuxième fois. Riant aux éclats, elle le déposa dans son panier, rose et orné de plusieurs diamants et rubis, avant de s'avancer légèrement sur le trottoir. Avec son rire d'hystérique, la jeune fille hurla:


"Angleterre, les Takeda te salue !"

Puis, elle se retourna avec classe et empoigna son frère par le bras, avant de l'entraîner vers un taxi qui venait d'arriver...

[HJ: No inspiration ...]

POST TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'arrivée des Takeda dans le pays de Shakespeare   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'arrivée des Takeda dans le pays de Shakespeare
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonjour et question sur le pays de fabrication
» dater un vinyle ...
» Roy Buchanan live At Rockpalast
» Johnny à Prague en 1966
» OM Baudry Bubinga (tete pleine)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Corrupt Human † :: † TOWN PLACE † :: † Aéroport †-
Sauter vers: